Les MIN au cœur des enjeux de flux urbains

Après Paris et Lyon, Nantes vient de délocaliser son marché d’intérêt national (MIN) à sa périphérie, pour y transférer à la place son CHU. Ces besoins en foncier pour d’autres usages se retrouvent aussi à Nice. Mais Marseille, Toulouse et Bordeaux font le choix de consolider les sites existants en ville, tout en réfléchissant aux questions des flux de camions et de la logistique du dernier kilomètre.

Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Auteur

  • Vincent Lepercq

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format